Des lois à géométrie variable

La maire de Bollène, Marie-Claude Bompard, refuse de marier ses administrées lesbiennes évoquant sa liberté de conscience et allant même jusqu'à refuser de déléguer à un de ses adjoints cette obligation légale, les veilleurs (anti-mariage-pour-tous) envahissent la place de la Concorde sans autorisation de manifester ... Bref, une droite qui fustige la loi Taubira jugée trop laxiste à ses yeux, mais qui s'en affranchit dès lors qu'elle juge "moral" de ne pas la respecter ! Dois-je leur rappeler que c'est cette liberté de conscience qui est évoqué par les musulmanes qui se voilent dans les écoles, universités, administrations publiques, ... ?

Sans parler que subsiste, en région parisienne, sur les murs des affiches appelant à la libération de Nicolas (un anti-mariage-pour-tous condamné à de la prison ferme lors des manifestations), et plus étonnant, à celle de tous les prisonniers politiques  ! Pas mal de la part de ceux qui se sont indignés de la proposition de loi d'amnistie syndicale ?

On en rappellera pas les incartades de Nicolas (Sarkozy) contre des citoyens comme le fameux "casse toi pov' con !", mais qui n'hésita pas lui-même à faire condamner des citoyens s'exprimant librement contre lui ...

...à la veille de la rentrée scolaire, on ne s'étonnera donc pas de voir des enfants et des parents contester la légitimité des enseignants voulant simplement se faire respecter. On ne peut pas arguer que "tout par à vau-l'eau" parce qu'il n'y a plus d'autorité, et ne pas faire preuve soit-même d'exemplarité ; "L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer, c’est la seule" - Albert Schweitzer.

Mondialisons nos luttes !

La passe d'armes entre le patron de l'entreprise Titan et le ministre « socialiste » du redressement productif fait remonter la nécessité de reprendre une lutte des classes indépendantes et efficaces contre les classes dirigeantes tant politique que économique !

Maurice M. Taylor Jr (PDG de Titan) n'en n'est pas à sa première opération de com' sur fond de provoc', mais dans la lettre qu'il a adressé à Arnaud Montebourg (ministre du redressement productif) il s'illustre particulièrement dans la manipulation des préjugés : « Les ouvriers français seraient très bien payés et ne travailleraient que 3 heures par jour, passant le reste du temps devant la machine à café »... Mickaël Wamen, représentant de la CGT chez Goodyear ne dément pas, il explique que lorsque le PDG de Titan est venu visiter l'usine celle-ci tournait au ralentit, et pour cause elle est en voie d'abandon par ses actionnaires actuels - Une évidence qui échappe visiblement au tonitruant Yankee, pourtant habitué à reprendre des entreprises en faillites ! La réalité, à des époques plus radieuses, de l'usine Good Year d'Amiens Nord c'est une demi-heure pour déjeuner et le droit à deux pauses de 7 minutes chronométrées pour le travail en équipe. Bien plus productif que les cadres dirigeants de la plupart des entreprises qui passent le plus clair de leur temps en réunion ou dans des discussions interminables pour finir par trancher sur le sort de milliers de travailleurs.

Ajoutons à cela que la plupart des études (INSEE, EuroStat) montrent que si le coût du travail des salariés français est élevés, leur productivité est plutôt dans le haut du tableau des statistiques et ramène ainsi le coût rapport dans la moyenne, et dans certains secteurs (comme l'automobile) bien en deça du modèle européen de référence qu'est l'Allemagne.

Le patron « conservateur » n'est pourtant pas avare de contradictions en dénonçant d'une part « les barjots du syndicat communiste » qui détruisent les emplois les mieux payés et d'autre part en menaçant d'installer ses usines en Inde, ou en Chine « état communiste » s'il en est ! Et bien entendu du payer les ouvriers moins d'un euro de l'heure, sans parler des conditions de travail (temps, salubrité, sécurité, …) pour les ré-exporter vers la France. Le cynisme capitalisme se dévoilant sans vergogne quand il n'a pas de communiquants pour filtrer ses interventions.

Le ministre du redressement productif, hier classé à la gauche du PS, quand à lui a répondu sur fond de patriotisme « crasse » menaçant l'industriel de contrôles douaniers « zélés » sur les pneus de la marque. Un protectionnisme économique qui cache le désir opportuniste de nos dirigeants à exercer un pouvoir autocratique, se justifiant ainsi de vouloir juguler la crise avec une volonté courageuse ! ...Oubliant les travailleurs qui voient leurs fins de mois de plus en plus difficiles et leurs conditions de vie de plus en plus dégradées, quand ils ne sont pas purement et simplement jetés à la porte d'usines n'assurant plus 15 % de rentabilité aux actionnaires.

Quand le milliardaire américain Warren Buffett déclarait en novembre 2006 dans le New York Times « Il y a une lutte des classes aux Etats-Unis, bien sûr, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous gagnons. », il ne se trompait pas. Face à la mondialisation financière, aux spéculateurs et autres autocrates de l'économie les salariés de tous pays doivent s'unir comme ils avaient su le faire en 1864 avec la 1ère internationale. Taylor-Jr, Buffett et consorts avec leurs amis du monde de la finance ont su soumettre les gouvernements même les plus démocratiques et prendre l'avantage sur les classes laborieuses qui les servent désespérément, sans autre but que de ne pas sombrer trop profondément dans la misère. Mais seul la lutte paie ! Il est donc urgent de réunir les forces prolétariennes pour que, enfin, tous les travailleu(ses)(rs) du monde s'opposent à leur propre exploitation, ne se laissent pas dominer par celles et ceux qui sont prêt(e)s à leur extorquer leur existence pour mieux servir leurs intérêts très particuliers.

Le site du groupe Titan – http://www.titan-intl.com/ – s'ouvre sur un ours beuglant, symbolisant « The Grizz » (diminutif de Grizzly – ours en anglais) comme se qualifie lui-même le fumeux patron de l'entreprise de pneuuuuuuuuuuuuus !

paru dans Le Monde Libertaire n°1698 : https://www.monde-libertaire.fr/?page=archives&numarchive=16246

7 milliards (d'exploités) et quelques (exploiteurs)

La barre statistique des 7 milliards d'humains sur ce grain de poussière que l'on appelle Terre a été franchit ce lundi 31 octobre 2011. 7 milliards d'humains qui ne cessent de se défier, de se déchirer, de s'étriper pour quelques futilités territoriales, idéologiques, religieuses, et surtout pécuniaires.

Pourtant avec des prévisions démographiques de 9 milliards à l'aune de 2050, et plus de 10 à l'horizon 2100, l'humanité doit collectivement prendre des décisions qui ne relèvent pas moins de sa propre préservation :

Se nourrir n'est pas un défi insurmontable sauf à laisser les spéculateurs continuer à faire flamber les prix des denrées alimentaires et ne pas permettre une juste répartition.
Entre surconsommation et surproduction d'un côté et sous-alimentation d'un autre, l'agriculture actuelle pourrait largement permettre à la population mondiale de se nourrir si les circuits de l'agro-alimentaire n'étaient pas parasités par les transactions financières. Paradoxe d'autant plus déplorable que la majorité des actifs sur la planète sont des paysans ou travaillent dans le secteur agricole (45% de la population active) tout en restant ceux qui souffrent le plus de la faim.
Le défi agro-environnemental n'en reste pas moins incertain puisque cette production dite « intensive » est fortement polluante et doit donc impérativement laisser la place à une production raisonnée (sans pesticides, engrais et autres OGM) et donc moins productive (rendement moindre à l'hectare) tout en permettant d'alimenter les 9 milliards d'êtres humains d'ici à 2050. En privilégiant la production locale, en améliorant ses techniques non agressives (contre l'environnement) et recréant des systèmes réellement coopératifs (comme à la fin du XIXème siècle en France, aujourd'hui devenus plus ou moins l'anti-chambre de la spéculation) des solutions existent. Mais ces solutions vont évidement à l'encontre des intérêts très particulier de l'industrie agro-alimentaire et de leur bras politique que sont les gouvernements. Maintenir le peuple en état perpétuel de famine est bien plus confortable pour garantir son emprise sur lui et un pouvoir oligarchique !

Se loger dans des logements salubres n'est pas une ambition irréaliste si l'honnêteté de chacun et le bon sens de nos gouvernants offraient une alternative à chaque mal-logé de ne pas s'embourber dans des méga-cités délabrées ou des bidonvilles construit à la périphérie des métropoles. L'explosion des prix du logement – passé du simple au double en 10 ans – ont poussé bon nombre de familles à s'abriter sous des habitats de fortunes, dans des hôtels miteux, ... quand elles ne se retrouvent pas directement expulsé dans la rue (même avec le répit de la trêve hivernale débuté ce 1er novembre).
Selon l'ONU plus d'un milliard d'individus vivraient dans des bidonvilles et des taudis à la périphéries des villes de par le monde, dans des conditions de précarité et d'insalubrité indignent de notre époque pourtant hyper-aseptisée dans ses centres villes. Ce nombre pourrait passer à 3 milliards d'ici à 2050, c'est à dire passer de 14% actuellement (6,2% dans les pays dit développés) à 33% (un tiers du monde) !
Nos dirigeants eux laissent leurs amis propriétaires poursuivre leur enchères sur la crise du logement qui connaît partout dans les grandes métropoles des augmentations vertigineuses. Ainsi il y a 30 ans, un ménage moyen consacrait 10% de son budget à son habitat contre 40% (en moyenne) aujourd'hui. N. Sarkozy a eu beau avoir fait mine d'afficher une volonté de ne laisser aucune personnes sans toit en faisant passer au début de son mandat la fameuse loi « DALO » (Droit Au Logement Opposable), elle n'est dans la pratique pas ou si peu appliquer que les mal-logés en France continus à progresser de manière plus qu'inquiétante. Là encore des solutions existent comme l'on fait médiatiser un certain nombre de militant(e)s ; réquisition des logements vides, construction de logements sociaux dans toutes les communes, régulation des prix des loyers, arrêts des expulsions même en été (il y a des moyens pour d'aider les plus en difficultés), déconcentration urbaine, … et autorisation de squatter comme principe constitutionnel !
Quand à L. Wauquiez il a récemment proposé de réserver une part des logements sociaux aux salariés – les « bons » pauvres, serviles – Les « mauvais » pauvres (les chômeurs) n'ont sans doute qu'à crever sous les ponts.

Se soigner sans discrimination avec les techniques et les traitement les plus efficaces devraient être une évidence depuis que le célèbre médecin grec Hippocrate (460 av. JC) a énoncé son fameux serment. Pourtant de plus en plus de pauvres renoncent ou retardent les soins nécessaires à leur santé dans le pays vanté comme « modèle » en matière de santé. Pire des lois discriminantes contre les étrangers limitent de plus en plus leur accès aux soins et les condamnent inéluctablement à une santé précaire, accélérant de plus le retour d'épidémies éradiquées depuis plusieurs dizaines d'années.
En France, les lobbies de la médecine libérale refusent de se voir imposer une répartition équilibrée de leurs praticiens sur l'ensemble du territoire, pourtant nécessaire pour combler les déserts médicaux. Mais n'hésitent pourtant pas à faire régulièrement augmenter le tarif de base de leurs consultations (bien plus rapidement que le RSA), augmentation qui est répercutée sous forme de franchises à la charge donc des patients devenus clients – Ne parlons même pas des dépassements d'honoraires qu'ils font supportés à leur dociles patients qu'ils sélectionnent volontiers au porte-monnaie, le patient CMU n'ayant qu'à aller se faire pendre aux urgences hospitalières, débordées. Ces fonctionnaires masqués (leurs revenues dépendent essentiellement des cotisations à la sécurité sociale) n'assurent plus depuis des lustres la mission de service publique à laquelle ils devraient être tous sans exception astreint.
Aux États-Unis, Obama s'est fait caricaturé de nazi/communiste (au choix) lorsqu'il a voulu imposer un système de santé un peu plus solidaire, et pourtant encore très libéral. Dans les pays les plus défavorisés, la santé est l'affaire des ONG qui pallient à l'urgence faute de moyens et de médicaments que l'industrie pharmaceutique verrouillent avec des brevets « génocidaires ». Un refus d'abandonner ce principe de brevets sur les médicaments et c'est les ¾ de la population mondiale qui se retrouvent sans les soins élémentaires – Soins pourtant indispensables pour survivre, se protéger des infections, maladies, malformations, …
Les scandales récents de cette industrie (à commencer par Servier) ont permis à nos dirigeants de justifier l'accélération du processus de déremboursement des médicaments qualifiés « de confort » au détriment des malades chroniques (le plus souvent) devant gérer les conséquences de traitements lourds ; anti-douleurs, anti-vomitifs, … et la crise de taxer les mutuelles auxquelles beaucoup de potentiels malades ont déjà renoncé augmentant encore les cotisations à ces assurances privées.
Riches et pauvres, nuls n'est à l'abri de devoir en appeler à la solidarité en matière de santé, les soins étant de fait de plus en plus coûteux (même pour les moins modestes), un minimum d'humanité devrait nous faire converger vers une santé gratuite pour tous !

S 'éduquer pour comprendre le monde, ses enjeux, sa propre place individuel au sein de ses 7 milliards de semblables, et participer à l'élaboration d'une société plus juste.
Alors que près de 50000 jeunes sortent du système éducatif français sans qualification, dans le monde c'est près 100 millions d'enfants de 6-10 ans qui ne sont même pas scolarisés. La crise ne favorisant pas une amélioration de la situation, les petites mains pouvant contribuer à subvenir aux besoins des familles tout en faisant le pain blanc des exploiteurs. En France, la dette est le prétexte tout trouvé pour diminuer les ambitions d'instruction de chers têtes blondes et mettre en place une politique utilitariste de l'école en promouvant l'apprentissage (une autre forme d'exploitation et de précarisation – il faut s'y habituer le plus tôt possible).
Mais nos dirigeants le savent, une personne éduquée c'est un révolutionnaire potentiel qui risque de renverser leur pouvoir !

Le G20 qui a réunit une fois de plus une poignée de chefs d'état qui ne se représentent qu'eux même n'a que faire de ses mièvreries misérabilistes et prolétariennes. Il fait tout pour éviter l'auto-destruction de la finance mondiale, poussé par les lobbies de l'agro-alimentaire, de l'industrie du médicament, de l'armement, … qui ne sont jamais rassasiés de profits toujours plus extravagants, creusant chaque jour plus profondément les inégalités déjà abyssales entre les 1% les plus riches et les 99% restant de la population mondiale.
La mondialisation libérale a confisqué l'idéal internationaliste de la solidarité. Il faut ici et maintenant construire une planétarisation de la communauté humaine pour que chaque individu puisse s'épanouir librement tout en étant assuré de la solidarité de ses congénères... si nous voulons survivre, si nous voulons préserver « orgueilleusement » notre propre espèce.

Vers la subordination des enseignants

Comme l'a indiqué au café pédagogique la DGRH de l'Éducation Nationale Josette Théophile les textes concernant la nouvelle forme d'évaluation des enseignants est prête et sera mise en place dès la rentrée 2012, même si le ministère affirme que la consultation avec les organisations syndicales des enseignants, des inspecteurs et des chefs d'établissement se poursuit - L'ex-DRH de l'Oréal Luc Châtel applique la politique sarkozyste de dénigrement des syndicats ; "on vous consulte pour dire que l'on implique les partenaires sociaux, mais on fera comme on voudra !".

Certes, la forme actuelle d'évaluation et de progression de carrière des enseignants est loin d'être satisfaisante, et tout le monde s'accorde à le dire. Mais alors qu'elle croisait le regard pédagogique d'un inspecteur (extérieur à l'établissement) avec celui du chef d'établissement sur l'implication auprès des élèves, dans les équipes et dans l'établissement du professeur, elle sera désormais une appréciation unique du directeur. Derrière cette réforme ; la disparition du corps d'inspection (ce qui fera des économies substantielles) et la subordination des enseignants à leur hiérarchie (les chefs d'établissement étant plus serviles à mettre en œuvre la politique du ministère et les directives rectorales).

Ainsi l'Éducation Nationale met en œuvre une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy, à savoir la rémunération "au mérite" des fonctionnaires, omettant d'expliquer que désormais tous les enseignants avanceront au même rythme (ou presque) et plus lentement qu'auparavant. Un système qui ne reconnaîtra pas plus qu'avant le travail et la qualité de chacun des professeurs, probablement plus son autorité que ses compétences pédagogiques (celui qui gardent les élèves les plus turbulents, ne fait pas de vague, ... sera plus méritant que celui qui soulève les problèmes).

Les enseignants voient dans cette réforme la mise sous tutelle de leur travail. Un conditionnement à la politique du directeur qui aura un pouvoir quasi absolu sur les orientations de son établissement, les budgets alloués plus généreusement aux enseignants qu'il veut promouvoir laissant aux autres les miettes et les difficultés pédagogiques qui vont avec.

Les inspecteurs qui voient déjà leur corps disparaître sur la forme, et une non-prise en compte de la compétence "disciplinaire" des professeurs sur le fond. Eux qui se faisaient l'écho auprès des instances dirigeantes de ce qui se passaient sur le terrain comprennent que l'Éducation Nationale veut surtout ne plus rien entendre de la base.

Quand au personnel de direction du (publique) ils voient là une nième mission qui leur est confiée, et souligne leur incompétence en matière d'évaluation disciplinaire. Sans compter que ceux-ci risque de diviser leur établissement ou de jouer aux démagogues s'ils veulent maintenir la cohésion de leurs équipes et donc la qualité des pratiques auprès des élèves - les principaux impactés faut-il le rappeler ! Les familles doivent prendre conscience que cette nouvelle forme d'évaluation risque bien plus de paupérisé la prise en charge des élèves que de lui donner un sens collectif cohérent.

La soit disant "autonomie" des établissements scolaires tournent à l'hyper-hiérarchisation du système. Une stalinisation du service publique d'éducation aux antipodes de ce qui se pratique dans le privé qui privilégie souvent l'intevention d'un cabinet extérieur pour effectuer sa propre évaluation.

Les syndicats du publique comme du privé ont d'ores et déjà appelés à une journée de protestation le 15 décembre prochain !

Liens :

L'appréciation de la valeur professionnelle des enseignants
L'évaluation des enseignants du secondaire confiée aux seuls chefs d'établissement ?

Culture archaïque d'un ministre irresponsable

En août 2007, N. Sarkozy faisait voté la loi sur le service minimum (une promesse de campagne) dans les transports ferroviaires et l'éducation. Cette vieille revendication des conservateurs a été immédiatement mise en place lors d'une grève des cheminots à l'automne suivant. En juillet 2008, le président provocateur déclarait devant ses amis UMP que « Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit »...

Et même si depuis, le trublion a implicitement été obligé d'admettre que les grèves et manifestations – massives contre les retraites et plutôt bien suivies dans l'éducation – étaient bien visibles, il n'en reste pas moins que chaque occasion est bonne pour écorcher le droit constitutionnel à la grève. Ainsi, alors que les hôtesses et stewards d'Air France protestaient contre les suppressions de postes annoncées, le ministre des transports Thierry Mariani a jugé « irresponsables » les grévistes, considérant la protestation syndicale de « culture archaïque » et d'appeler ironiquement (quoique) la concurrence à la rescousse : « je trouve que cette grève est une bonne nouvelle pour les concurrents d'Air France ».

L'entreprise aérienne, hier encore un service publique, est explicitement vendue à la concurrence par le ministre libéral. Une bonne occasion pour la droite de faire la promotion de la privatisation et tenter de faire reculer le droit de grève... Que tous les secteurs rejoignent ce mouvement pour une Grève Générale et illimitée - grève qui pourrait se muer en révolution face à des politiques sourds et arrogants !

Publish modules to the "offcanvas" position.